LES AGAPES VÉNITIENNES DU TITIEN, DE VÉRONÈSE ET DU TINTORET

« Tout était dévasté, consumé, calciné. C’est de cet enfer qu’allait renaître le Paradis. » Dans le décor spectaculaire de la Venise renaissante, l’immense toile du Paradis devient un personnage vivant, opposant le génie de Véronèse, du Tintoret et des plus grands maîtres de la ville. Entre rivalités artistiques, trahisons familiales, déchirements politiques, Clélia Renucci…

Ce contenu est réservé aux abonnés uniquement.
Connexion Abonnez vous